Œuvrer à un produit fini digne du témoin et du spectateur

En ce début de XXIe siècle, les moyens technologiques les techniques d’écriture cinématographiques, en un mot l’art et la science de l’image, ont atteint un degré de maturité qui impose au moindre document audiovisuel une qualité maximale, même pour un sujet frivole. Dans ce contexte, les sujets peuvent d’autant moins souffrir de la négligence qui, jusqu’ici, a souvent prévalu à la captation des témoignages. Tous les moyens sont disponibles pour éviter la facilité d’une écriture filmique bâclée ou inexistante, d’une image ou d’un son de qualité médiocre, d’une photographie composée avec laisser-aller. High Flight estime que le minimum de décence envers les personnes filmées exige de donner le meilleur de soi-même – dans la limite bien entendu de ses compétences.  Dans cet état d’esprit, ils nous paraît naturel d’exiger des membres de l’association la volonté de contribuer à la réalisation – outre des rushes eux-mêmes – de travaux construits, achevés et basés sur un synopsis.